Rechercher

Le FLAM, on s’y retrouve, on y joue, on discute et on apprend.


Le FLAM est une association d’enseignement du français pour les enfants francophones âgés de 0 à 16 ans. Le but est de se retrouver autour d’activités ludiques, dans une dynamique joviale et bienveillante, pour écouter, parler, lire, écrire, compter… en français.

Au FLAM, on pratique le français à son rythme et selon son niveau mais pas que ! C'est aussi un moyen de garder le contact avec les cultures françaises et francophones.



Mais encore…

Si la plupart du temps le multilinguisme ne pose pas de difficulté particulière, souvent, il soulève beaucoup de questions dans la famille. Le FLAM, c’est aussi un lieu d’échange où l’on peut discuter de nos pratiques familiales autour du multilinguisme.



Enfin…

Avec ma casquette d’orthophoniste, je rencontre un certain nombre d’acteurs de la langue française à l’étranger : des enfants, des parents, des enseignants… au travers des nombreux échanges et riches conversations, je constate qu’un élément central est souvent oublié dans la transmission d’une langue : la dimension affective.

Une langue n’est pas seulement la juxtaposition de mots les uns derrière les autres que l’on apprendrait au gré de ce que l’on entend.

La langue transmet toute une histoire, celle de sa famille, de sa région, parfois de son quartier.

Un bébé choisit une ou des langues pour communiquer avec son entourage, avec ceux qu’il aime : papa, maman, frères et sœurs… c’est parce que cet entourage est attaché à la langue parlée qu’ il va s’y attacher. La construction de ce premier attachement est très importante dans l’appropriation et l’utilisation future de la langue en question. Plus l’environnement s’élargit, plus l’attachement à la ou les langues minoritaires est essentiel pour la poursuite de l’apprentissage.


Prenons l’exemple de Dublin.

Quand bébé entre à la crèche, son temps d’exposition à l’anglais est, certes, beaucoup plus important que son temps d’exposition au français ; mais l’impact du locuteur, de QUI parle français est d’autant plus important. Si bébé voit, entend, un ou des membres de sa famille parler une langue avec plaisir et émotion, il va s’y intéresser. Va alors émerger chez lui le désir de connaître cette langue. On le sait, l’intérêt, le désir et la curiosité sont des moteurs fondamentaux pour tout apprentissage.

Lorsque l’enfant entre à l’école, le cercle affectif de l’enfant s’élargit, les copains et les copines font leur apparition. Là encore, l’attachement aux locuteurs francophones est primordial. À ce moment là, le FLAM apparaît comme un dispositif très intéressant. Le français ne s’avère pas être seulement l’affaire de papa et/ou maman et mes cousins/cousines vivant en France, il est aussi l’affaire de mes copains du FLAM. Un nouvel attachement à la langue française est né.


Le FLAM Dublin s’efforce de faire vivre cette dynamique affective autour de la langue française, au-delà d’un simple cours de français.



155 vues